Parcours Jacques Sarthou

4 août 1920 – 13 octobre 1999

Formé dans les réseaux de la résistance et le syndicalisme à la mise en place de la décentralisation culturelle de l’après-guerre, Jacques SARTHOU disait de lui qu’il « s’était efforcé depuis 1937, en toute liberté mais non sans difficultés, d’être un comédien, un auteur dramatique, un metteur en scène et un animateur ambulant ».

Pionnier, défricheur, constructeur, homme de passion et de conviction, il a cherché toute sa vie à conquérir les publics les plus divers :

  • La population ouvrière de la ceinture rouge parisienne, à partir des années 1950
  • Les adolescents en créant et animant de nombreux conservatoires municipaux
  • Les enfants en se consacrant complètement durant une dizaine d’années à l’écriture et la création pour le jeune public
  • Les personnes âgées en animant des ateliers de théâtre dans des maisons de retraite
  • Les populations rurales dans les zones dites désertifiées (Drôme, Aude)

En 1952, Jacques SARTHOU  fonde avec Raymonde Reynard, le THEATRE DE L’ILE DE FRANCE, compagnie tour à tour indépendante ou implantée avec laquelle jusqu’en 1994, il a fait rayonner le THEATRE sous tous ses aspects : répertoire classique, création contemporaine, théâtre pour le jeune public, formation, action culturelle. Il fut l’un des premiers à jouer à Aubervilliers, Gennevilliers, Ivry, Colombes, Malakoff, Le Plessis-Robinson, La  Courneuve, Corbeil-Essonnes…

De 1955/58,  il imagine et réalise, selon les principes de FIRMIN GEMIER, un THEATRE AMBULANT avec un syndicat intercommunal en région parisienne qui sera implanté de longues années au Kremlin-Bicêtre

1966, il crée le TP 15 (Théâtre Populaire du 15ème arrondissement de Paris).

1963/1966, il réalise un centre international de formation théâtrale à Vesc dans la Drôme et un centre similaire à Kassel en Allemagne à l’intention des jeunes.

1966/1973, il crée et dirige  le THEATRE  FIRMIN GEMIER à ANTONY.

1967/1974, il impulse la création d’un lieu théâtral, le Studio d’Ivry, utilisé entre autre par Antoine VITEZ

1973/1987, il est en résidence au THEATRE  RUTEBEUF de CLICHY-la –GARENNE où il  se consacre essentiellement à la création pour le jeune public et anime un centre d’action culturelle en milieu scolaire, toujours actif en 2015 sous le nom de ATE (Action Théâtre Enfance).

De 1975 à 1994, il restaure avec l’aide de Brigitte Deruy, un  château du XIIème siècle dans l’Aude à Roquefère (prix du concours chef d’œuvre en péril en 1980) qui deviendra LE CHATEAU-THEATRE DE ROQUEFERE, centre de création et de diffusion théâtrales subventionné par la DRAC Languedoc/Roussillon, le Conseil général de l’Aude et un syndicat intercommunal.

Prix Clémence Isaure – 1986 –

Officier des Arts et Lettres – 1992 –

Médaillé de la Résistance.

PRINCIPALES CREATIONS  (parmi les 90 mises en scène réalisées en 50 années de carrière)

  • Ruy Blas de Victor Hugo avec Jacques Martin et Antoine Vitez (alors, jeunes débutants !)

1954 Marie Tudor de Victor Hugo avec Madeleine Sologne dans des décors de Pierre Simonini

1957 Les Fourberies de Scapin de Molière

1961 Supplément au voyage de Cook de Giraudoux

1962 Nikos et Marika de  L. Alschen adapté par André Obey avec Béatrice BRETTY et Francis Claude

1963 Le Voyage de Monsieur Perrichon  d’Eugène Labiche avec Pierre DAC et La mort de Sénèque de Tristan L’Hermite

1965 Revenu de l’étoile de André Obey – musique Jean Wiener – avec Robert Bazil et Raymonde Reynard

1967 Cymbeline de Shakespeare avec Jean Davy, Christine Fersen, Madeleine Sologne, Jean-Claude Drouot – musique de Henri Sauguet – adaptation Jean-Louis Sarthou

1962 Le préjugé vaincu de Marivaux avec Jean-Claude Drouot et Bérangère Dantun

1970 Bacchus de Jean Cocteau

1970 La Flemme de Ricardo Talesnik avec Jean-Paul Roussillon

1973 Les Ressources de Quinola de Balzac décor de Pierre Simonini

1974 Du coté d’ailleurs adaptation d’un roman de Pierre Dac

1955         Marie Tudor de Victor Hugo avec Madeleine Sologne

1963 La mort de Sénèque de Tristan L’Hermite avec Robert Etchevery et Francis Claude

1986 L’épée de Flammes de Pablo Neruda – musique de José Berghmans – décor Yves Bonnat

1987 Visages de Gabriel Cousin –  musique de Francis Lemarque

  • T’es beau quand tu souris Frankenstein de  Jack Jacquine
  • Ainsi fou fou, fou… de Jacques Sarthou

AUTEUR

17 pièces écrites par Jacques SARTHOU dont :

– Non, Cassandre n’est pas folle (1943) – réalisation radiophonique André Delferrière –

L’Homme enchaîné créé au Théâtre Charles de Rochefort par Roger Iglésis (1945)

– Promenade à travers le Moyen-âge français  montage poétique qui fut joué près de 1000 fois dans toute la France (1958)

– Dormir, la lune dans un œil et le soleil dans l’autre de Brigitte et Jacques Sarthou (1987)

– Ainsi fou, fou, fou créé au Château-Theâtre de Roquefère – 1990 –

– Autant ouvrir les portes de la mer  mise en scène de Pierre Vielhescaze (1992)

12 pièces écrites à l’intention du jeune public en collaboration avec Brigitte Deruy-Sarthou :

SES PATRONS : Firmin Gémier – Jean Cocteau – Pierre Dac

Homme d’équipe, il a travaillé régulièrement avec Gabriel Aymé, Athos, Robert Bazil Thérèse Beaussier, Patrick Bricard, , Michel Brothier, Jean-Louis Calvet, Robert Cavin, Jean-Jacques Daubin, Brigitte Deruy-Sarthou, Jocelyne Duchatel, Gustave Frémont, Marie Hermès, Daniel Langlet, Pierre Lefebvre, Thierry Lorent, Jean Puyberneau, Raymonde Reynard, Dany Tayarda, Daniel Thuann, Jean-Louis Sarthou, Gaston Vacchia.