La femme de chair et d’os

L’accompagnement musical du diaporama est de Mathilde Sternat

Écriture : Brigitte Deruy
Mise en scène : Thierry Atlan
Création musicale : Roland Guérin

Avec
Brigitte Deruy
Julicia
Lombard-Lavallée (voix de la petite fille)
Roland Guérin (clarinette)
Anne Renault (piano)
Anton Yakovleff (contrebasse)

« La poésie est la solitude sans distance parmi l’affairement de tous, c’est-à-dire une solitude qui a le moyen de se confier »
René Char

« La vie de chaque homme est un chemin vers soi-même,
l’essai d’un chemin, l’esquisse d’un sentier.
Personne n’est jamais parvenu à être entièrement lui-même ;
chacun, cependant, tend à le devenir,
l’un dans l’obscurité, l’autre dans plus de lumière,
chacun comme il le peut »

Herman Hesse – la préface de Demian

« Deviens ce que tu es »
Aphorisme de Nietzsche emprunté à Pindare

Résumé
La Femme de chair et d’os raconte, en lien avec l’univers et la petite fille de sa mémoire, les moments d’un cheminement entre ombre et lumière. En écho, une présence musicale accompagne, prolonge les mots, nourrit le vide, charme le présent.

De la petite Fille à la Femme, un chemin se dessine…
Comment trouver un équilibre dans un monde où nombre de personnes sont en souffrance ?
Comment rester fidèle à l’enfant qui est en nous ?
Comment avancer les yeux grands ouverts au milieu des contradictions ?
Chacun connaît sa réponse

La Femme écrit pour ne pas oublier

L’écrit est une cicatrice
Les cris deviennent les sons de l’indicible

Les écrits bout à bout
Tracent l’essence de l’invisible
Et la trame du récit de la Femme de chair et d’os

Créé le vendredi 15 novembre 2014 à la Cave à Théâtre de Colombes