La fourmi

Une fourmi erre sur les tomettes
ballet sans fin solo
elle avance recule
semble hésiter
revient s’arrête

Sait-elle qu’à quelques centimètres d’elle
une autre fourmi accomplit le même rituel 

Elles explorent l’espace inconnu
quel sens a cette traversée du désert des tomettes 

Sais-tu petite fourmi
qu’ici dans cette maison
tu es indésirable
sais-tu que cette poudre blanche
répandue au bas des plinthes
annihilera ta présence 

Sais-tu petite fourmi que la fin du jour
est la fin de ta vie

Sais-tu petite fourmi
que ceux qui veulent mettre fin à ta vie de fourmi
sont sur cette terre
semblables à toi
désorientés
ils tentent en ballet solo ou duo
d’explorer l’inconnu
en essayant d’oublier
que la vie dure une journée.

 

Destin sans hasard

C’était un melon de Cavaillon
rond comme un ballon
tout couillon et fanfaron

Il ne connaissait ni
Cicéron ni
Charon ni
Scarron ni
Byron

Fier de son embonpoint
il embaumait tous les recoins

Gorgé de son arrogance
il rêvait de puissance

Je l’ai tranché
mangé

Il ne m’a pas reproché

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser le temps au temps…

Laisser le temps au temps
d’éroder les sentiments
de ternir les cœurs
de délaver les couleurs

tu es là présent absent ?

Laisser le temps au temps
de ressentir l’éternité
en dispersant le sable
dans le vent de l’oubli

tu es là présent fuyant ?

Laisser le temps au temps
d’user les idées
de lasser les ardeurs
d’ensevelir la vie

tu es là présent lointain ?

Laisser le temps au temps
de fabriquer le diamant
de construire l’utopie
de féconder la nuit

tu es là avenir du présent ?

Laisser le temps au temps
de créer la naissance
d’un avenir essentiel
dans la vigilance à l’instant

es-tu là présent à venir ?

Extrait de « Battements d’ELLE » – 2003