Demain

Ô mon ventre
j’ai besoin de te remplir
de toutes les douleurs
pour vomir un monde de dérive

un monde où l’obscur
inonde les mémoires
écorche et fait saigner pensées et actions

un monde qui choisit le délire et la destruction
pour la satisfaction d’un pouvoir

parce que c’est écrit dans la liberté de choisir
entre lucre et sobriété
entre luxure et ascétisme

L’harmonie est
une note ténue entre terre et ciel
qui résonne et
éclate le cristal
Elle projette dans l’à-venir
le son d’une parole
ondulatoire et silencieuse
pour métamorphoser le temps présent

Sur mon ventre fleuriront
les clochettes blanches
aux fragrances enivrantes
du printemps des lendemains

 

 

Pourquoi ?

Parce qu’il avait dessiné
parce qu’il avait écrit
ses mains avaient été brisées

Essoufflement de la peur
au coin d’une rue
ne pas traverser
ils tirent dans le carrefour
le sang coule sur le trottoir
tâches rouge brun
se coagulent

J’habite ici
de l’autre côté
J’habite ici
le quartier est sous le tir des kalachnikovs
ils tirent
la maison brûle
je suis blessé
mon sang qui coule ravive les autres tâches
je vais mourir
ici
près de chez moi
près de ma maison qui brûle

Cette nuit
j’ai enterré mon frère
l’école est en ruine
mes enfants sont avec leur mère
ils sont dans la cave de la maison qui brûle
et moi je suis blessé

Je ne suis pas un terroriste
je suis un habitant de cette ville
cette ville est dans mon pays
dans ce pays où des frères tirent sur leurs frères

Pourquoi ?

Nous sommes tous des pauvres
pourquoi s’entretuer
pour qui ?

Je me bats pour que la parole soit libre
dans mon pays
Mes frères ne tirez pas
déjà des milliers sont morts

Mes enfants ma femme
dans la cave de la maison qui brûle
hurlent leur peur
je dois les rejoindre

Frères de mon pays
des autres pays
morts pour que la parole soit libre
venez à mon secours
les vivants sont sourds
les vivants sont sourds
les vivants sont …

 

après un reportage sur la Syrie
© photo : Aaris

 

 

Regarde-moi

dans le trou noir de la pupille
tu pénètreras la lumière
qui absorbe ton reflet

dans le secret de la vibration
tu saisiras la flamme
de ton aspiration

dans l’immensité de cet horizon
tu percevras une mer
où flotte ta raison

dans ce miroir réfléchissant
tu discerneras l’embrasement
qui donne de la force à la fragilité

Regarde moi
dans le trou noir
tu découvriras la résilience de l’amour

(photo : extrait d’une toile peinte par Lucio Perinotto)