Voie possible

J’ai traversé le trou de la nuit
j’ai écouté la révolte qui ensemence les cœurs
j’ai donné la brûlure de ma chair
les prédateurs se sont enfuis

A l’ombre de ton ombre
j’ai construit une maison
avec des lettres de plomb
et les briques de ton silence

Le sens dérobé au réel
étaye mes vertèbres
illumine des pépites
dans chaque œil

J’ai extirpé la violence
mon corps troué prend l’air
il surfe sur les courants fluides
délivrant un espace nouveau

A suivre ….