Crever l’absurde

Nos vies
sont   seront
traversées par
des moments
de douleur physique insupportable
de géhenne existentielle intolérable
de disparition d’êtres chers insoutenable
de solitude profonde intenable

La révolte le désespoir la souffrance
hurlent l’absurdité de la vie

Nos vies
offrent  offriront
des moments
d’émotion intense partagée
de communion profonde avec la beauté
d’amour comblé
de joie indicible d’éternité

Et si la souffrance avait un sens libérateur ?

L’écorce charnelle serait-elle le creuset
d’une alchimie étrange et mystérieuse
chrysalide d’un passage vers un Ailleurs ?

Ainsi tiraillés toujours nous sommes
attirés par le ciel ou la terre
l’envol ou le forage
la lumière ou les ténèbres

Pourtant… Il existe des chemins vers un Ailleurs…

Est-ce en remontant dans la mémoire du temps
à la source de la parole perdue ?

Est-ce dans l’aspiration d’une transcendance
et l’élévation par le dépassement ?

Est-ce dans cette immanente présence
de la beauté perçue ?

Et si le temps à explorer était celui de l’instant
de ce moment
là où tu es assis
là où tu marches
ce moment de présent
qui contiendrait le début et la fin
l’alpha et l’oméga ?