Temps atemporel

Le passage de notre vie est
si court dans l’écoulement du tic tac du temps
si long dans la densité de l’exploration de l’espace
si insaisissable dans la relation de l’espace et du temps
La vie… un songe ? une histoire de somnambule ?

Où commence et où finit le monde réel ?
actions du jour et rêves de nuit

Extirper un début de vérité
qui échappe à la pression de la matière

La nuit m’avale

Sur une étendue calme
la silhouette d’un arbuste scintille de larmes pétrifiées

Je renais au feu de la beauté
en écoutant la parole sauvage de la nuit figée

Un temps de la durée s’installe
un présent condensé de passé et de futur
densité incarnée
je m’y love
je deviens un œuf couvé par le temps
je suis le temps et l’œuf
énergie des commencements
matrice infinie du silence dans l’unité

La nuit me recrache

Au bas de la colline
une pierre brute entourée de ses éclats

Je retrouve le monde de la dualité
du temps qui passe et matérialise

Je me souviens du Rien

Je t’apprivoise temps de la durée
bout de néant que je deviendrai
quand ma vie déposerai

(été 2016)