Rêve cosmique

Dérober les aiguilles du temps
effacer les rides de nos visages
repeindre l’écran cosmique
où terre et mer se confondent

Tes yeux aigue-marine de brume
sculptent l’alphabet des illusions
mon cœur éponge d’espoir
balbutie les images pacifiques

Sur les flots valsent les croissants de lune

Accroche-toi à l’une de ces étoiles en partance vers l’infini
éclaire les méandres nocturnes du doute
suspens aux notes de la pluie des versets d’espoir
fuse en fontaine dont chaque goutte réfléchirait un miroir de lucidité
féconde dans les esprits stériles des explosifs de justice

Je dépose un baiser sur tes lèvres de pierre

Nous gravirons les pensées obscures
pour trouver un chemin vers la lumière
je me purifierai dans la vague de tes yeux
tu enfileras en collier les perles de ton silence

Nous tisserons des effluves de langueur
dans la moiteur des draps chiffonnés
nous enfoncerons nos empreintes dans l’ombre du néant
nous renaîtrons unifiés dans un Ailleurs sidéral

texte inédit : mai 2005
photo Aaris : 2010