Libre impasse

Il est des jours où partir est nécessaire
des jours où arrivé au bout du bout
tu sautes dans le vide d’un horizon inconnu

Parfois tu as emmené ton parachute
il guide ton atterrissage
ton pas sur le sol prend l’élan des grands renouveaux

Parfois le départ précipité te plaque
dans le cauchemar d’une nuit sans fin
tu cherches les yeux bandés une ombre insaisissable

Parfois tu ne sautes pas
tu t’en retournes
empruntant d’autres pas vers d’autres routes encombrées

Il en est ainsi de nos chemins
ils sont des impasses
mais tu as ce pouvoir renouvelé d’imaginer
qu’ils te mènent vers un avenir meilleur
et ce pouvoir a du pouvoir

(Peinture sur les murs de la Fondation Avicenne de la Cité Universitaire de Paris)

Voix d’outre tombe

Cette nuit
dans mon rêve
debout dans un grand champ de pavots rouges
je regardais une toile blanche posée sur un chevalet

Une voix derrière moi dit :
« essaie »

Cette voix était familière
elle avait accompagné mon enfance
c’était celle de mon père

Mon Père est mort
il me parle
voix d’au-delà
voix intérieure

Puis-je mélanger
les mots et les couleurs
et donner un sens
au brouillard dans ma tête

J’irai chercher ce chevalet
qui repose dans la terre

J’irai écouter les bruissements de corolles
que le vent agite

La page blanche étincelle comme un linceul
j’ai posé une pierre blanche sur la tombe

Je vais l’entourer de mots
ceux qui font vivre
ceux qui projettent dans un ailleurs
où des tombes les pensées se relèvent

L’amour est plus fort que la mort

 

 

Oyez oyez

Oyez oyez braves gens
dehors la nuit mange le jour
ne dormez pas

Les grands arbres se déracinent
Les vautours s’arrachent le cœur
Les roses pleurent leurs pétales

Oyez oyez braves gens
dehors la nuit mange le jour
ne dormez pas

Les canons crachent du sang
Les frères se crèvent les yeux
Les ventres éjectent des monstres

Oyez oyez braves gens
dehors la nuit mange le jour
ne dormez pas

La mer remonte les fleuves
La lave des volcans enflamme la terre
L’air asphyxie les oiseaux

Oyez oyez braves gens
dehors la nuit mange le jour
ne dormez pas

Le vent dénude les corps
Le froid glace les os
La bise gèle les âmes

Oyez oyez braves gens
ne dormez jamais plus
préparez les potions d’Amour

(novembre 2012)